Le PLM s’invite dans les ERP !

Publié par Mathilde Borel il y a 12 ans | Actualités

La tendance d’intégrer une brique PLM dans la solution ERP est forte. Les clients ont compris l’intérêt de la complémentarité des applications dans leur Système d’Information et les bénéfices d’un lien avec les données et les documents générés dans les phases d’études comme par exemple avec la CAO.

La multitude de données et de documents qui circulent dans l’entreprise, que ce soit des documents Word et Excel, des PDF, des emails, des rapports ou des compte-rendu doit être structurée dans un référentiel unique, sécurisé et partagé de manière à permettre l’accès à la bonne information en un minimum de temps. La traçabilité de l’information et le respect des processus documentaires sont primordiales pour développer son savoir-faire et ses marchés.

Qu’apporte une solution PLM aux utilisateurs ERP ?

Dans le cas du PLM Audros (édité par Audros Technology) :

  1. Une solution PLM complète avec des fonctions de GED, de PDM, de Workflow, de Management des documents Projets, …
  2. Un référentiel documentaire unique associé aux articles et aux nomenclatures,
  3. L’intégration entre Design Chain et Supply Chain,
  4. La suppression des doublons et des saisies multiples de données techniques,
  5. L’accès possible aux documents directement depuis la fiche article de l’ERP,
  6. Le travail collaboratif entre les équipes techniques,
  7. La traçabilité et la sécurisation des accès à l’ensemble des données et des documents,
  8. La remontée des données, directement depuis la CAO vers l’ERP,
  9. L’accélération des processus de gestion des modifications (ECO, ECR, ECN)
  10. La génération automatique de documents techniques, Notices, Gammes, Etc…

Tout ceci contribue à une réduction du Time to Market, à une amélioration de la qualité et à une accélération de l’innovation !

Plus globalement, selon une étude du cabinet de consulting CimData, les principaux bénéfices liés à la mise en œuvre du PLM et à son intégration avec l’ERP montrent :

–    Une réduction de 10% à 70% des processus de modifications
–    Une réduction de 50% à 80% des revues de projets d’études
–    Une réduction de 75% à 90% dans la recherche d’information
–    Une réduction de 15% à 70% des délais de conception
–     Une réduction de 75% des temps, des coûts et des erreurs associées à la ressaisie des données d’un système à l’autre.
–     Une réduction de 75% des coûts liés aux erreurs de nomenclatures, ces dernières étant créées une fois puis gérées de manière cohérente entre les systèmes.
–     Une réduction de 15% des coûts de stockage liés à la création de nouveaux composants, grâce à une meilleur connaissance des pièces déjà existantes et pouvant être réutilisées directement dans la conception.