Qualité de vie au travail, l’avez-vous considérée ?

Publié par Margot Mairesse il y a 3 mois | Actualités

Allier performance de l’entreprise et bien-être des salariés : toutes les organisations n’aspirent-elles pas à cet équilibre qu’est la qualité de vie au travail ? Rendre ses employés heureux n’est pas une mission prise suffisamment au sérieux par les dirigeants, alors qu’une personne épanouie et satisfaite de ses conditions de travail sera d’une plus grande productivité. Sans oublier qu’un salarié heureux fera un client satisfait ! Il y a tout à gagner à mettre en place des actions simples qui auront un impact global positif sur l’entreprise. Les employés ont des attentes concernant leur lieu de travail, la communication ou encore le matériel mis à disposition par leur employeur. C’est à l’entreprise de les aider à les exprimer et y répondre. Cet article vous éclaire sur les bonnes pratiques à adopter en matière de qualité de vie au travail afin que votre entreprise devienne peut-être la prochaine Great Place to Work !

 

Quel regard ont les français sur leur qualité de vie au travail ?

Chacun peut la considérer de manière différente mais la qualité de vie au travail a été définie et encadrée officiellement. Selon l’Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail (ANACT), elle s’articule autour de 6 facteurs :

  • Le relationnel
  • La fonction et les moyens mis à disposition
  • L’environnement physique
  • L’organisation du travail
  • La réalisation et le développement professionnel
  • La conciliation entre vie privée et vie professionnelle

Et les premiers concernés, qu’en pensent-ils ? Actineo et Sociovision ont interrogé des actifs français travaillant dans un bureau dans le cadre de leur baromètre annuel : 87% se déclarent satisfaits de leur qualité de vie au travail (+7 pts depuis 2017) et 24% sont très satisfaits.

Mais sont-ils heureux ? 46% se sentent stressés, 42% pensent parfois que leur travail manque de sens, 32% ressentent le besoin de s’arrêter alors qu’ils ne sont pas malades (43% chez les millennials entre 19 et 29 ans). Ce qui retient notre attention, c’est que 37% pensent que leur employeur ne se préoccupe pas de leur bien-être au travail (parmi eux, 47% travaillent dans des entreprises de 1000 salariés et plus).
Il y a une prise de conscience du lien entre espace de travail et santé. Près de la moitié des répondants estiment que l’aménagement des locaux a un impact très important sur la santé et le bien-être.
Parmi les personnes interrogées non satisfaites de leur qualité de vie au travail, 66% considèrent que leur lieu de travail n’est pas adapté à leurs besoins.

Où est-ce qu’ils préféreraient travailler ?
– Dans un bureau individuel fermé à 59%,
– Dans un bureau collectif de petite taille à 38%
– Dans un espace collectif ouvert, avec des bulles de confidentialité et des salles de réunions à proximité en libre accès à 31%.
Le Flex-Office (poste de travail non attribué) ne concerne aujourd’hui qu’une minorité des actifs français et seulement 14% seraient prêts à adopter ce mode de travail en 1er choix… 40% pourraient l’envisager.
Vous reconnaissez-vous dans ces chiffres ? Chaque entreprise devrait travailler à rendre le plus agréable possible la relation avec les managers, les locaux, en somme le quotidien de salariés qui passent la majeure partie de leur temps au travail.

 

Comment rendre les salariés heureux au travail ?

Mais alors quelles sont les bonnes pratiques, qu’est-il réaliste d’organiser ? Voyons déjà ce qui a été apprécié chez d’autres.
Au niveau managérial, ce qui est reconnu et approuvé, c’est le feedback régulier entre collaborateurs et managers, dans les deux sens ! Chez Decathlon, c’est toutes les semaines qu’il y a des points informels pour identifier les aspects positifs et négatifs. Chez Davidson Consulting, les salariés remontent les points sensibles à leurs managers via une application. Les managers de Just Eat passent eux, une heure hebdomadaire avec chaque membre de leurs équipes, en plus d’un rendez-vous tous les 2 mois et des entretiens annuels d’évaluation.
Mais les idées originales peuvent également rendre plus agréable le quotidien des travailleurs.
– Pour les volontaires, des séances de relaxation et de sophrologie sont proposées par des professionnelles chez Deloitte.
– EY, toujours dans le top du classement Great Place to Work, a instauré un cabinet médical 3.0 : la « Consult Station ». Les salariés ont la possibilité de faire une téléconsultation avec un médecin généraliste. La démarche reste discrète pour le salarié et le secret médical reste bien gardé.
– Chez Total, les employés sont invités à se détendre et se divertir dans un labo photo et une bibliothèque.

En amont d’actions, il faut créer de l’échange autour de ce qui fonctionne bien, ce qui doit être amélioré, il faut partager les préoccupations sociales et économiques, se poser les bonnes questions et donner la possibilité aux salariés d’essayer et d’ajuster les nouvelles mesures.

Vous êtes acteur de votre entreprise. Quelles actions concrètes pouvez-vous mettre en place pour améliorer la qualité de vie au travail ?

  • Inciter les dirigeants à dire bonjour à leurs collaborateurs chaque jour. La reconnaissance professionnelle est capitale, et pourtant souvent négligée.
  • Ouvrir une salle de détente
  • Adapter l’organisation des open-spaces avec les employés pour qu’ils s’y sentent mieux
  • Mettre des fruits à disposition
  • Proposer des « séances de rire en entreprise » avec des animateurs extérieurs
  • Mettre en place un parcours fléché de traversée de bureaux pour que les salariés se rencontrent
  • Permettre aux collaborateurs de faire un « vis ma vie » pendant quelques heures pour qu’ils découvrent les métiers de leurs collègues
  • Mettre en place une « boîte à idées », voter pour les meilleures idées et récompenser leurs auteurs

Voilà ce qui peut améliorer la qualité de vie au travail et créer une bonne communication au sein d’une entreprise. Cependant, ces types d’actions seront amenés à évoluer car les jeunes générations qui entrent aujourd’hui dans la vie active ont une vision différente de leur travail, de la place qu’il doit avoir dans leur vie et l’affirment.

Et les jeunes, qu’en disent-ils ?

Pour les jeunes de la génération Y, ce qui est signe de qualité de vie au travail, c’est premièrement un vrai équilibre entre leur vie professionnelle et leur vie personnelle. Leur priorité se trouve ensuite dans le travail d’équipe et le partage des tâches.
La génération Z, de son côté, désire des projets innovants et une entreprise éthique, essentiels à une bonne qualité de vie au travail. La majorité d’entre eux favoriserait la qualité de vie au travail au salaire.
Pour ces deux générations, la convivialité et le sourire sont primordiaux.

La qualité de vie au travail est un enjeu managérial autant qu’un levier de performance. Les organisations doivent maintenir leurs efforts afin d’améliorer les conditions de travail de leurs employés, particulièrement en phase de transformation numérique. La digitalisation d’un processus, de la relation client ou autre, entraine de nombreux changements organisationnels et humains. C’est à ce moment-là que le dialogue doit s’opérer afin que chaque collaborateur s’adapte au changement.